Hit Parade (Québec)

(2009)

Home page: Hit Parade

Publication: Greatest Hits

Other versions: Hit Parade (Cagliari), Hit Parade (Dundee), Hit Parade (Kitchener), Hit Parade (Lausanne), Hit Parade (Melbourne), Hit Parade (Milan), Hit Parade (Montreal)Hit Parade (New York)Hit Parade (Porto)Hit Parade (Rotterdam), Hit Parade (Seoul), Hit Parade (Seoul2), Hit Parade (Toronto), Hit Parade (Winnipeg), Hit Parade (Zagreb).

Fourteen participants lie face down where they occupy the atrium of the museum and proceed to pound the ground with the microphone one thousand times.

The sound of each person’s actions is amplified.

Each performer chooses their own rhythm and intensity.

The performance was part of “C’est arrivé près de chez vous” exhibition at the Musée National des Beaux-Arts du Québec (curator Nathalie de Blois), January 17, 8-11pm.

Participants: Carol-Ann Belzil-Normand, Wahmed Benyounes, Adam Bergeron, Edith Dufour, Martin Dufrasne, Caroline Gagné, Caroline Gauthier, Pascal Gingras, Jonathan Lamy, Josée Landry-Sirois, Pierre-Luc Lapointe, Christof Migone, Hugo Nadeau, Geraldine Perna.

Photo: Patrick Altman
Video: Olivier Bolduc-Coutu

Scroll down for REVIEWS.



REVIEWS

Inter Art Actuel (Numéro 103, automne 2009, p. 55) excerpt from review of group exhibition curated by Nathalie de Blois featuring Hit Parade, review by Guy Sioui Durand.
Les événements d’art actuel qui ont lieu à Québec depuis 30 ans mettent de l’avant beaucoup d’audace conceptuelle et expérimentale, notam- ment comme art social. Ainsi, entre l’interactivité multimédia et l’esthétique relationnelle qui sont en vogue actuellement dans le champ de l’art, s’est immiscée depuis Québec dans les années quatre-vingt-dix la notion de manœuvre, sorte de dépassement critique de la performance axée sur l’artiste par un déplacement potentiel de l’action par et pour les autres dans des non-lieux convenus de l’art, le plus souvent. Invité par les nombreuses expérimentations technologiques de l’art audio, Christof Migone a convié des gens de Québec à être les exécutants d’un concert audio au sol de la rotonde du Musée comme posture performative. Tandis que çà et là des corps étendus, avec tout près un haut-parleur, frappaient à leur rythme le plancher avec un micro dans la main, les regardeurs pouvaient déambuler, enjamber, s’arrêter parmi cet étrange concerto, dont le son corporel produit n’était pas nécessairement celui entendu dans la caisse de son à proximité. Un moment manœuvrier de son collectivisé en plein hiver !